Les remèdes anti-stress de Boris Villemus, enseignant de relaxation profonde et Yoga Nidra

Boris VillemusBonjour à tous,

Je vous propose aujourd’hui un article écrit par Boris Villemus, enseignant de Relaxation Profonde & Yoga Nidra, praticien en Mouvement & Danse Biodynamique.
Il a fondé l’association Satchitananda qui regroupe les activités qu’il propose aux particuliers pour retrouver bien-être et sérénité.

Boris vous présente ci-dessous son parcours suivi d’une présentation du stress et des remèdes qu’il utilise au quotidien depuis déjà de nombreuses années.


Info sympa si vous habitez en Rhône-Alpes…

Boris vous propose de partager une matinée avec lui samedi 26 mai à 10h.

Il animera un ATELIER CONFÉRENCE SUR LE STRESS à la salle des fêtes de Veurey-Voroize (38).

Il présentera ses techniques de relaxation profonde et vous invitera à les pratiquer ensemble en toute convivialité. Cet atelier est ouvert à tous sur inscription (PAF : 5€).

Icône télécharger
Infos Atelier Conférence 26 mai 2018

Pour plus d’informations, consultez la plaquette au format PDF ci-jointe :


Quelques mots sur le parcours de l’enseignant

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il peut être utile de donner quelques éléments succincts de mon parcours…

Intéressé depuis l’adolescence par la compréhension de l’humain, en quête de réponses sur le sens de la vie, sur le pourquoi de l’injustice et de la souffrance, il m’a fallu attendre des années avant de rencontrer Alain Duhayon (1), « ami de bien » qui enseigne le yoga intégral et la méditation depuis plus de 50 ans …

(1) Alain Duhayon, en recherche depuis l’enfance sur le rêve et la pratique méditative, a fait du yoga-nidra, de la transformation des émotions et de la méditation, son activité principale. En 1992, il fonde Maitri Institut, organisme où sont dispensés des enseignements concernant les fonctionnements de l’esprit, la prise en charge des souffrances, et qui intervient dans le domaine de la relation d’aide et des soins palliatifs. Disciple de Kalou Rinpoché et de Lama Teunsang, il est à l’origine de la création du Centre Bouddhiste Karma Euzer Ling en Normandie, lieu d’activité du 17ème Gyalwa Karmapa Trinley Thayé Dordjé. Il est l’auteur de “Petits galets sur le Chemin” aux éditions Rabsel.

Alain m’a accompagné en séances individuelles, j’ai suivi la formation Maitri et de nombreux stages qu’il dispense. C’est cette relation amicale extraordinaire et privilégiée qui m’a permis, par le biais des diverses pratiques utilisées, de dissoudre de nombreuses empreintes de souffrances, de transformer des vieilles habitudes (comportementales, émotionnelles et mentales), et de développer davantage de créativité et de liberté dans la manière de vivre le monde, davantage de bienveillance, de paix et de lucidité

Ce chemin de transformation positive – de ce qui aurait pu être senti comme insoluble – a été possible grâce à la compétence et à l’expérience de l’enseignant, qui a complètement intégré ce qu’il transmet, et qui manifeste un profond amour de l’être humain associé à la sagesse… Sans cela, les techniques utilisées, aussi bonnes soient elles, peuvent être inefficaces voire nuisibles.

Ainsi, j’ai pu commencer à donner en 2006 des cours collectifs de relaxation dynamique, relaxation profonde, premières phases du yoga nidra, pranayamas (pratiques sur le souffle)…
En 2011, j’ai inclus les asanas (postures) de yoga … puis plus tardivement le yoga nidra en individuel et petits groupes.

Le mouvement et la danse biodynamique sont venus à moi sans que je m’y attende, en 2013, et ce fut une aide supplémentaire dans la poursuite et l’enrichissement du chemin d’ouverture aux autres et à moi-même. Notamment, la danse permet de se relier facilement à la joie, au jeu, à la créativité, à l’expressivité et à la spontanéité. A l’époque, il m’a semblé évident que cela pouvait constituer un moyen efficace à utiliser en parallèle avec le yoga nidra et les autres pratiques associées, qui ont la vertu de développer la stabilité et la clarté de l’esprit, la paix et la non-saisie.

J’ai commencé à découvrir en 2015 le monde de la scène par le biais de la Compagnie de danse Corps-animé, allant ainsi plus loin dans l’expressivité et le partage avec autrui, en public (la danse étant utilisée comme moyen de transformation positive de sa vie, et comme lien avec les valeurs humaines).

Aujourd’hui, mon activité est répartie entre la scène, les séances individuelles et les cours & stages collectifs (avec les outils de la Relaxation Profonde, du Yoga Nidra & pratiques associées, et du Mouvement & Danse Biodynamique).

Petit état des lieux du stress

Le mot “Stress” est devenu courant depuis les années 1980, et plus récemment, le terme “burn out” a fait son apparition puis s’est généralisé.
De fait, on peut assister à une forte aggravation de l’état tensionnel des gens, y compris les jeunes enfants, phénomène plus récent et inquiétant.

Il est facile de voir les comportements de personnes hypertendues sur la route ou dans les files d’attente ou même lors des repas au restaurant ou à la maison (personnes qui délaissent la communication réelle pour envoyer ou lire des messages sur leur smartphone)…

Médicaments anti-dépresseur
Designed by Freepik

D’après les sources institutionnelles, l’utilisation globale de médicaments psychotropes (2) en France est estimée comme étant l’une des plus élevées en Europe (Expertise collective INSERM, Médicaments psychotropes, 2012).

(2) Les principaux médicaments psychotropes classiquement distingués sont les tranquillisants ou anxiolytiques, les somnifères ou hypnotiques, les neuroleptiques ou antipsychotiques, les antidépresseurs et les thymorégulateurs.

Le rapport européen sur les drogues paru en 2017 montre une augmentation de l’usage du cannabis, MDMA/ecstasy, cocaïne… La 6ème édition de « Drogues, chiffres clés » (2015) de l’OFDT indique que 48 % des jeunes de 17 ans ont expérimenté le cannabis, que 9 % sont des fumeurs réguliers, et que 32 % des jeunes de 17 ans fument quotidiennement la cigarette.

La consommation d’alcool reste très forte…

addiction aux smartphones
Designed by Freepik

Et de nouvelles dépendances sont apparues avec les jeux vidéo, internet, les smartphones… Née de la contraction de “no mobile phobia”, la nomophobie est un terme relativement récent qui désigne la phobie de ne pas avoir son téléphone portable à portée de main.
La nomophobie a été révélée par une étude conduite par la UK Post Office en 2008, rapportant que 53% des utilisateurs de téléphones mobiles présentaient des symptômes d’anxiété en cas de perte, de mauvaise couverture réseau ou de batterie faible. Dans un sondage BVA Orange-Psychologies (2016), 36 % des personnes questionnées déclaraient avoir le sentiment d’« être dépendant » de leur smartphone.

Ces symptômes, dépendances et comportements sont révélateurs d’un mal-être et d’un niveau élevé de stress.

Un point important est à noter : si on est hypertendu, cela créé beaucoup de conflits autour de soi, car dans cet état, il y a une irritabilité exacerbée, un esprit “dur” et “étroit”, de l’agitation qui suscite souvent l’agressivité, l’incompréhension ou la rupture de communication autour de soi… l’état de stress a donc tendance à s’auto-alimenter, comme le serpent qui se mord la queue.

Cela se retrouve à un niveau plus subtil : le stress provoque inévitablement une atrophie de la respiration, qui devient très courte et basée sur l’inspir. Cela affecte négativement l’ensemble du métabolisme (circulation sanguine, qualité du sang, digestion,  évacuation…), cela crée des conditions insatisfaisantes qui alimentent le stress… et la boucle est bouclée… ainsi tourne la roue du stress.

Nécessité de résoudre les causes du stress

Les symptômes et comportements qui résultent du stress sont bien évidemment à prendre en compte, et à traiter. Néanmoins, si l’on se contente de s’occuper des résultats sans s’occuper des causes, les problèmes perdurent. Ne traiter que des symptômes revient à échopper sans cesse l’eau qui rentre par le trou d’une coque de bateau, pour ne pas couler, mais sans réparer la fuite : cela n’a pas de fin.

Bien souvent, il y a une sorte de déni des causes du stress, comme si l’on pouvait trouver une solution “miracle”, par exemple un cachet ou une pilule ! Ou bien une thérapie révolutionnaire, qui ne demanderait aucun investissement personnel pour changer ce qui ne convient pas dans sa manière de vivre.

Si l’on regarde en face le fait que pour apprendre à parler, lire et écrire, il a bien fallu s’investir, apprendre, s’entraîner… il n’est pas logique de croire parvenir à la détente en un claquement de doigts, sans s’entraîner, sans rien apprendre, alors que l’on est accoutumé au stress.

Le déni peut s’exprimer de multiples façons.
Admettons que l’on ait des problèmes de communication avec son conjoint ou une personne que l’on côtoie très souvent. Il serait bon et judicieux de se dire ce qui ne va pas, de ne pas laisser l’incompréhension et la tension monter, et de trouver ensemble des solutions.

Designed by Freepik

Il arrive souvent que l’on ne parvienne pas à faire cela, et qu’au lieu de se confronter à la réalité de la situation, on parte faire du footing pour se soulager de la tension ressentie.
Dans ce cas, il s’agit d’un comportement de fuite et de compensation qui ne va pas du tout améliorer la situation (bien qu’il n’y ait rien à redire sur le fait de courir!). Et sitôt que la récupération physique du footing a lieu, l’état tensionnel revient… et ce sera le cas tant que la difficulté n’aura pas été franchie.

En extrapolant l’exemple à tous les aspects de sa vie, on se rend bien compte que si l’on ne fait pas face aux diverses situations, aucune solution durable ne peut être trouvée.

Résoudre le stress dans sa vie demande donc du courage en quelque sorte, de la patience, de la générosité, une forme d’entraînement… mais si on apprend à le faire, cela est très bénéfique pour soi, évidemment, mais aussi pour autrui.

En effet, une personne paisible, bienveillante et ouverte d’esprit va susciter ces qualités autour de soi, ce qui concourt à une vie plus harmonieuse de l’entourage.

Les causes du stress

se sentir incompletOn pourrait dire que la cause première du stress est l’état de mal-être, celui de se sentir séparé ou incomplet. Ce sentiment pousse à chercher sans cesse ce qui pourrait nous rendre enfin heureux définitivement.

On croit, par exemple, que cela ira mieux lorsqu’on aura trouvé un travail, une compagne ou un compagnon, ou que l’on aura fait des enfants, ou construit une maison … ou lorsqu’on sera champion du monde de ceci ou cela …
Et l’on doit bien se rendre à l’évidence que même lorsqu’on atteint ses projets, il reste quelque chose qui ne va pas ou qui manque. C’est comme essayer d’attraper un arc-en-ciel, il s’éloigne à mesure qu’on cherche à s’en approcher.

En réalité, ce sentiment de séparation, cause du « mal être » est basé sur une erreur ou illusion. Aborder directement les causes profondes du stress peut paraître trop éloigné de sa propre réalité ou situation, nous allons donc présenter les choses plus simplement.

En premier lieu, considérons les liens qu’il y a entre le corps physique, les émotions/sentiments et le mental.

1. Sous l’effet d’une peur intense, il est possible d’avoir une diarrhée même si l’on était constipé juste avant, ou l’on peut perdre ses cheveux, ou bien être comme “paralysé”, “sans voix”, ou au contraire « s’enfuir à toutes jambes », « crier ».

Cet exemple se retrouve en partie chez les animaux : antilope qui fuit face à la lionne en chasse, souris qui est paralysée par la peur face au chat, araignée qui fait la morte face à un danger…

dépirme vide solitude2. Sous l’effet du stress chronique, il est possible de se perforer l’estomac (ulcère). Une personne excessivement disciplinée aura tendance à avoir une posture physique rigide. Le personnage de bandes dessinées « Gaston Lagaffe », indiscipliné et paresseux, est représenté comme avachi.

3. Sous l’effet de la tristesse/dépression, on peut se sentir lourd, sans force, dans le brouillard…

Au contraire, lorsqu’on est amoureux, on se sent léger, pétillant, l’esprit clair et content. On peut donc voir clairement, en s’observant, et en observant le monde, tous les liens qui existent entre les différents aspects de l’homme.
Et on comprend alors le bon sens qu’il y a à intégrer le corps, les émotions/sentiments et le mental dans la démarche de résolution du stress.

Ensuite, il est important d’aborder l’aspect de l’ignorance.

serpentIl existe un exemple traditionnel qui explique ce dont il s’agit :

Des voyageurs reviennent chez eux à la tombée de la nuit, à pieds. A l’approche de leur village, l’un deux aperçoit un gros serpent au milieu du chemin. Ils n’osent pas passer, et n’ayant aucune autre solution de passage, les voyageurs guettent anxieusement toute la nuit, pour ne pas être mis en danger. Au petit matin, après avoir passé une nuit exécrable, les voyageurs se rendent compte que le serpent était en fait une vieille corde !!!

L’ignorance est souvent comparée à la nuit, qui ne permet pas de voir la réalité des choses telles qu’elles sont et qui laisse la place à toutes les interprétations erronées. Bien que l’on se croit bien réveillé et en plein jour, nous interprétons le monde au lieu de le percevoir dans sa vérité.

Le processus est le suivant : du fait de l’attachement inconscient aux expériences passées, principalement les expériences douloureuses, nous projetons sur le monde les idées que nous avons sur lui. Et ces idées supplantent la réalité. Nous voyons nos propres idées au lieu de voir le monde.

Prenons un exemple, celui du critère de la beauté. Beaucoup de jeunes femmes souffrent de ne pas répondre aux canons esthétiques actuels, ceux que l’on voit sans cesse sur les affiches publicitaires, dans les magazines ou à la télévision … les chanteuses à la mode, les tops-modèles… En quelque sorte, il y a une idée de beauté qui cause de la souffrance alors que cette idée est complètement subjective.

la naissance de Venus - Sandro BotticelliRevenons quelques temps en arrière, à l’époque de la renaissance (Boticelli, tableau la naissance de Vénus, 15ème siècle) ou du baroque (Rubens, Vénus et l’amour, 17ème siècle), où les femmes sont peintes bien en chair, avec la peau très blanche, soit sensiblement le contraire des canons actuels.

On voit bien comment la soumission à une idée subjective peut causer du stress, et pousser des jeunes femmes à faire des régimes, à chercher à perdre à tout prix du poids ou des formes, à ne pas s’aimer …

Prenons un autre exemple, celui d’un jeune garçon mordu par un chien. Devenu adulte, l’homme aura tendance à avoir peur ou à se méfier des chiens, parce que l’expérience passée malheureuse revient inconsciemment à l’esprit. Et la rencontre avec les chiens
devient situation de stress.

Compte-tenu que nous avons forcément vécu de nombreuses situations difficiles, cela fait autant d’empreintes en l’esprit qui rejaillissent sitôt qu’une situation rappelle le trauma passé. Ainsi, c’est pour beaucoup le passé empreint en l’esprit (et resurgissant au gré des situations) qui alimente le stress, sans que l’on s’en rende compte.

A propos des empreintes, il est utile de mentionner que lors d’un trauma très important, par exemple le vécu d’un attentat, d’une guerre, d’une catastrophe naturelle, l’impact émotionnel est tel que la personne peut se retrouver en état de choc et de stress très intense, et que dans ce cas, une prise en charge adaptée s’avère nécessaire.

Abordons maintenant la notion d’accumulation.

Lors des nombreuses situations quotidiennes, nous nous tendons souvent, sans que cela soit forcément intense, mais compte tenu de l’accumulation, cela finit par devenir une lourde charge. Il est dit que « les petits ruisseaux font les grandes rivières », et de fait, « les petites tensions répétées aboutissent à des burn out ».

On peut en se levant le matin être en retard, se cogner un orteil contre une commode, puis renverser un peu de café sur son pantalon, vouloir aller dans la salle de bain qui est occupée, ne plus retrouver ses clés alors qu’il faut se dépêcher, se retrouver dans le bouchons, arriver en retard et de mauvaise humeur, avoir plein de travail en retard … après bien d’autres petites mésaventures, arriver fatigué le soir, dans une maison où les enfants sont excités, l’autre parent pas forcément de meilleure humeur … ce qui fait au final quelque chose de lourd et pénible bien qu’il n’y ait rien eu de grave.

Si l’on ne trouve pas le moyen de se décharger régulièrement de ces petites tensions, elles s’accumulent jour après jour et finissent par être « insupportables ». Il y a donc une nécessité de pouvoir relâcher régulièrement les tensions accumulées, les « petites » accumulées au fil des jours, et les « grosses », résultant de traumas importants.Montgolfière

Mais, cela ne suffit encore pas. Pour s’envoler avec une montgolfière, il faut lâcher du lest (se libérer des empreintes), et aussi chauffer le ballon.
Chauffer le ballon, c’est développer des qualités, apprendre à aborder sa vie de manière détendue, attentive, bienveillante, action après action.
C’est comme rassembler les petites rivières en un fleuve de tranquillité.

Enfin, regardons ce point : lorsqu’on secoue un verre rempli d’eau, on peut voir la surface de l’eau agitée. Mais est-ce la nature de l’eau d’être agitée ? Faut-il faire des efforts pour empêcher l’eau d’être agitée ? Faut-il fabriquer une eau qui serait calme ?
En réalité, il n’y a rien à faire, rien à produire, il suffit d’arrêter d’agiter le verre, et l’eau retournera à son état naturel, une surface
paisible.
L’exemple est imparfait, mais il permet de sentir qu’il n’est au fond pas difficile d’aboutir à un état paisible, car c’est notre nature, et cela ne demande aucun effort, c’est le repos total ! Ce qui est contre-nature ou anormal, c’est de continuer à « secouer le verre », s’épuiser en vain et souffrir du stress !

En résumé, l’état détendu et heureux est notre nature profonde, mais cet état est voilé par l’ignorance de la nature des choses, par les tendances erronées qui en découlent, ces tendances ayant créé une accumulation d’empreintes. L’atteinte de l’état détendu n’est donc pas une question de fabrication, mais plutôt en rapport avec une épuration, un abandon de ce qui est sur-ajouté et faux, et un retour à l’état naturel.

Quelques remèdes au stress

L’efficacité des moyens présentés dépendra de l’accumulation des moyens, de la régularité, de la motivation/confiance, de la précision de mise en œuvre, de la patience, de la bienveillance… de la concentration… et au final de la sagesse.

Le propos de cet article est de présenter brièvement quelques moyens efficaces, sachant que pour aborder les choses en détail, les cours, ateliers et stages sont plus appropriés.

D’autre part, il est important de garder à l’esprit que si une personne présente un sommeil très altéré, une perte de poids notable, avec apparition de pensées « noires », il est recommandé de consulter son médecin traitant.

1- Remèdes spécifiques

Il est important de préciser que les pratiques mentionnées ci-dessous se rapportent à un enseignement cohérent. Utiliser une technique sans comprendre le contexte et le sens, et sans recourir à un instructeur avisé, peut mener à des résultats négatifs et opposés à ceux escomptés. Il est nécessaire de recevoir les explications et instructions d’une personne qualifiée, qui a longuement expérimenté ce qu’elle enseigne et qui continue de pratiquer. Les livres, enregistrements et vidéos ne peuvent pas remplacer le lien direct avec l’instructeur !

1/ « S’entraîner à la relaxation profonde ».

C’est en forgeant que l’on devient forgeron, et c’est en se relaxant qu’on devient relaxé !
Il est généralement nécessaire d’apprendre auprès d’un enseignant qualifié et expérimenté. Suivre des cours permet d’atteindre plus facilement divers états de détente profonde, la pratique étant guidée. Ensuite, il devient possible de s’entraîner seul, pour  retourner régulièrement à la détente, de telle sorte que cela devienne de plus en plus naturel, et que cela imprègne la vie quotidienne, y compris les rêves de la nuit.
Demeurer en état profond de relaxation repose et régénère autant qu’une phase de sommeil de la nuit. Cela permet aussi de retourner à notre essence, en laquelle peut être éprouvée une grande paix, stabilité, et clarté.bougies

2/ « Épurer les empreintes ».

Nous avons vu précédemment que nous avons accumulé au fil du temps des tensions profondes, et qu’il est souvent utile de pouvoir se décharger de cela au cours de séances de soins individuels, avec une personne compétente, bienveillante, et en qui nous avons confiance.
Pour que le processus soit complet, il est important que soient pris en compte le corps, les émotions/sentiments, le mental et la conscience.

Le yoga nidra est très efficace pour épurer les empreintes liées au passé et révéler les qualités (bien que ce ne soit pas sa fonction première), de même que le mouvement et la danse biodynamique.

A titre d’exemple, je peux citer le cas d’une femme, qui faisait un cauchemar récurent, se sentant dans le rêve terrorisée car poursuivie par une voiture noire dans un garage souterrain. Par la pratique du yoga nidra, cette femme a pu aller au contact de cette voiture qui la poursuivait en rêve, au lieu de la fuir : elle a ouvert la porte, vu qu’il n’y avait personne à l’intérieur, que le siège passager était rouge… Il lui a été demandé de se concentrer sur le siège rouge, ce qui a fait revenir au conscient une scène du passé (qui avait été refoulée) : elle a revécu ce moment où elle faisait une fausse couche après que son compagnon l’ait quittée. Quelques minutes après la décharge émotionnelle, cette femme a expérimenté un état de bonheur indicible… et le traumatisme en question a été définitivement résolu.

Pouvoir faire face à ce qui nous faisait peur conduit à un sentiment de contentement, de confiance, d’efficience, de fierté. Et se libérer d’un contenu qui pesait en l’esprit est forcément heureux.

3/ « Pratiquer le mouvement et la danse biodynamique ».

Ces pratiques associent la libération du souffle, du diaphragme et du mouvement, ce qui permet :

  • de remettre en route les fonctions de régulation et d’auto-guérison,
  • d’ouvrir la porte des émotions & sentiments,
  • et d’éveiller la conscience de la sensation globale du corps.
Danse Biodynamique
Association Danse Biodynamique – Rafael Baile

D’autre part, les divers exercices de rééquilibrage, d’expression et d’improvisation, permettent de prendre du recul vis à vis des émotions et fonctionnements habituels, de révéler sa créativité et ses qualités, de devenir plus libre et plus conscient.

Tout cela concourt au relâchement, à l’épanouissement, au contentement, et à la tranquillité.

Je peux citer le cas de cet homme que je guidais en mouvement biodynamique alors qu’il avait les yeux bandés. Le déplacement de ses jambes était extrêmement dur et haché, comme si je l’amenais à la pendaison, et il a contacté une frayeur extrême, à la limite de l’évanouissement. Nous avons poursuivi l’exercice, puis la frayeur s’est dissipée, le mouvement des jambes est devenu beaucoup plus fluide et doux… et il a terminé la pratique avec un grand sourire et les yeux brillants.
Par le mouvement biodynamique, cet homme a contacté une grande souffrance inscrite depuis l’enfance… qui s’est totalement dissoute.

4/ « Pratiquer les asanas de yoga (les postures) »

Les postures agissent à de nombreux niveaux :

posture de yoga

  • Elles permettent d’harmoniser la circulation des énergies subtiles, par le biais du support du corps, ce qui conduit à l’apaisement de l’esprit.
  • Elles permettent de développer la conscience de la sensation globale du corps, d’enrichir sa gamme posturale, et de ce fait, de vivre de manière plus libre et plus consciente au quotidien.
  • Les bienfaits se manifestent aussi au niveau de la vitalité et de la santé.

En guise d’illustration, je peux mentionner cet homme qui avait le système digestif complètement bloqué depuis plus de 15 ans, avec les problèmes associés de fatigue anormale, de mauvais fonctionnement de la circulation sanguine dont le syndrome de Raynaud, de frilosité… La pratique quotidienne de la salutation au soleil (enchaînement d’asanas) associée aux rétractions abdominales (maintenues et en « barratages ») et à une série simple d’asanas a définitivement résolu les problèmes en 4 à 6 mois.

5/ « S’entraîner aux pratiques respiratoires & pranayamas »

La respiration perturbée et étriquée est une clé de voûte du processus tensionnel.

La respiration consciente une clé qui  déverrouille le processus de stress et ouvre la porte du relâchement. Il est dit dans les textes du yoga que :

Lorsque le souffle est perturbé, le mental est agité ; lorsque le souffle est paisible, le mental est paisible.

Le pranayama (« contrôle des souffles » , 4ème plan du yoga) est un moyen très efficace pour traiter le stress et développer des qualités de concentration.

2- Remèdes dans l’action

De nombreux remèdes dans l’action (vie quotidienne) peuvent être utilisés, en complément des pratiques spécifiques.
Ils sont abordés en cours, conférences et stages.

Conclusion

Le problème du stress n’est pas anodin, et pour le résoudre, il est nécessaire de mettre en place divers remèdes, certains spécifiques, d’autres plus généraux.

L’efficacité dépendra de la justesse de ses intentions, de sa motivation, de la régularité dans la mise en œuvre des remèdes, de la patience, de la bienveillance… de la prise en compte du corps, des émotions/sentiments, et du mental dans la démarche choisie.

L’enseignant a également un rôle très important dans le processus, puisqu’il devra être en mesure d’expliquer, de guider les pratiques, de corriger les erreurs, et de pouvoir accueillir les « décharges émotionnelles » s’il y en a. Cela suppose qu’il soit compétent, expérimenté, et animé d’une motivation juste. Une technique utilisée à des fins égoïstes devient nuisible. Employée avec amour et sagesse, la technique devient le précieux remède qui guérit et conduit à une vie plus heureuse.

cours de Yoga


J’espère que cet article vous a plu 🙂

Vous pouvez retrouver les coordonnées de Boris sur la page “Nos pros partenaires” ou sur son site internet.

Bonne journée zen et à bientôt !

Sarah

CET ARTICLE VOUS A PLU ?

Recevez par email nos prochains outils de pro en vous inscrivant ci-dessous.
Je vous enverrai en cadeau nos 2 tests pour déterminer votre niveau de stress.

Je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais divulguée. Vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales et autres conseils pour vous aider à vous libérer du stress. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Recherches utilisées pour trouver cet article alain duhayon hypnose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *