5 bonnes raisons de ralentir et d’adopter le mouvement « Slow »

Bonjour !

J’espère que vous allez bien ?

Je vais vous parler aujourd’hui d’un nouveau carnaval d’articles auquel je participe par le biais de cet article. Son thème est « Lenteur rime-t-elle avec bonheur ? » et il est organisé par Violaine, de l’excellent blog 365 jeux en famille.

Ce sujet m’a motivée pour plusieurs raisons :

  • Comme vous l’avez peut-être compris, je suis une fille plutôt stressée et assez « speed ». J’aime faire 10 choses à la fois, j’ai d’ailleurs parfois du mal à supporter les gens qui vont moins vite que moi et j’ai tendance à me mettre beaucoup de pression pour faire un maximum de choses en un minimum de temps !
  • Je me suis rendue compte ces derniers mois que ce mode de fonctionnement, d’autant plus depuis que je suis maman, n’était plus optimal pour moi. Je sens bien que tout ce stress pour faire vite et bien m’a usée physiquement et mentalement. J’ai ressenti cet hiver un grand besoin de prendre du recul pour changer mes habitudes. Grâce à cela (et au retour du printemps !), je retrouve peu à peu de l’énergie. C’est aussi cette expérience que j’espère vous faire vivre à travers cet article.
  • Enfin, j’ai regardé en décembre un excellent documentaire sur ce thème intitulé « Plus de temps, moins de stress » sur France 5 (de Mériem Laÿ et Emmanuelle Julien). J’avais depuis très envie de vous écrire pour vous expliquer ce que j’y ai appris. Ce carnaval d’articles est donc l’occasion de passer à l’acte !

« Plus vite, plus haut, plus fort » !Devise olympique : plus vite, plus haut, plus fort

La devise olympique illustre bien une des caractéristiques de notre monde moderne : nous sommes constamment soumis à une forte pression pour nous dépasser, être efficaces et atteindre une réussite « parfaite » dans presque tous les aspects de vie.

Je dis presque puisque, comme nous le verrons par la suite, un aspect au demeurant fondamental est un des grands oubliés de cette course à la vitesse : notre monde intérieur.

 

Les derniers sondages dévoilant l’ampleur de ce phénomène m’ont estomaquée :

80% des européens ont le sentiment de manquer de temps

Comme la grande majorité de vos voisins, vous avez peut-être l’impression de passer vos journées à courir, de ne pas pouvoir souffler, de ne pas avoir de temps pour l’essentiel et de ne pas réussir à profiter de l’instant présent ?

Il faut reconnaître que la rapidité a de bons côtés !

Loin de nous l’idée de diaboliser la recherche d’efficacité et le dynamisme dans nos journées. C’est en effet ce qui nous permet notamment :

  • d’augmenter notre productivité, ce qui est bon pour la compétitivité de nos entreprises ;
  • de connaître davantage le monde qui nous entoure que nos ancêtres, ce qui augmente notre ouverture d’esprit, notre connaissance du monde et des autres ;
  • de nous permettre d’accéder à un plus grand confort matériel ;
  • de nous remettre en question régulièrement et d’améliorer nos pratiques, ce qui est bon pour notre développement personnel.

Mais un excès de rapidité et une quête effrénée d’efficacité a de nombreux impacts sur notre équilibre et notre santé :

  • augmentation des maladies cardio-vasculaires et du risque d’infarctus ;
  • « malbouffe » entrainant surpoids et diabète ;
  • explosion du nombre de burn-outs ;
  • hausse de la consommation des médicaments, notamment d’antidépresseurs et d’antidouleurs, ainsi que des compléments alimentaires comme les vitamines pour nous aider à « suivre le rythme » ;
  • impact sur le caractère : plus d’agressivité, moins de patience, moins d’empathie et de cohésion, plus d’égocentrisme et de solitude, etc.

Voici 5 bonnes raisons pour lesquelles vous devriez ralentir le rythme

  1. Professionnellement, faire les choses trop rapidement ne procure qu’une connaissance superficielle des choses puisqu’on a moins le temps d’étudier chaque sujet en profondeur. Des connaissances moins complètes sont également moins aisément réutilisables et moins satisfaisantes d’un point de vue personnel.
  1. La course à la vitesse de notre monde moderne crée peu de liens sociaux, chacun étant davantage orienté sur sa réussite personnelle que sur celle de ses voisins. Prendre le temps de ralentir permet de lever la tête, de regarder l’autre avec sa propre histoire et ses propres envies, de discuter et s’entraider.
  1. La course à l’efficacité du monde actuel diminue notre confiance en nous. Nous fixons souvent nos objectifs par rapport à des normes extérieures trop élevées, et nous prenons en compte de façon démesurée l’opinion des autres. Cela nous pousse souvent à ne pas accorder de valeur à notre opinion et à nous sentir nuls, inefficaces, inadaptés.
  1. Les modes de vie actuels font passer au second plan la spiritualité et la connaissance de soi, loin derrière le succès matériel. Cela génère un fort besoin de reconnaissance sur des choses très concrètes : rémunération, lieu de vie, beauté, etc, mais cela ne donne pas de sens à nos vies. Enormément de gens souffrent de cela aujourd’hui. Une fois la trentaine ou la quarantaine passée, lorsque les objectifs matériels ont été atteints, on se retrouve souvent face à un grand vide. Beaucoup de gens se rendent compte, une fois le niveau de confort désiré atteint, qu’il manque un but plus profond à leur existence. Alors pourquoi attendre et ne pas commencer à le chercher dès maintenant ?!
  1. La sensation de manque de temps génère directement un état de grande tension intérieure : le stress. Celui-ci a un impact direct sur notre santé physique et mentale.
    Les cas les plus flagrants et les plus impressionnants d’impact du stress professionnel sur la santé sont surement les burn-outs. Ce phénomène est malheureusement de plus en plus courant dans le milieu professionnel, conséquence directe de l’accélération des rythmes de travail.
    Je voulais vous redire à quel point il est primordial de lever le pied pour se préserver. Pour avoir vu nombre de mes collègues sombrer dans ce grand gouffre, je voulais juste vous rappeler cette phrase évidente mais qui va mieux en la disant : aucun job au monde ne vaut de perdre sa santé !
    Pour en savoir plus, vous pouvez lire nos articles « Mais c’est quoi ce stress qui me pourrit la vie ? »  et « Du stress chronique au Burn Out, il n’y a qu’un pas… ».

Faire toujours mieux, posséder toujours plus, aller toujours plus vite semble donc la recette parfaite pour finir épuisé, malheureux et malade !

Comme nous l’enseigne la philosophie chinoise depuis des millénaires à travers la complémentarité du Yin et le Yang, tout dans l’univers est une question d’équilibre. Il nous faut donc trouver cet équilibre en nous, dans notre quotidien, entre vitesse et lenteur pour  avoir une vie moins stressée.

Comment le mouvement « Slow » nous réapprend à vivre à travers l’exemple de la « Slow Food »

Le mouvement Slow (« lent ») propose l’inverse de cette course à la vitesse : un retour à soi et à l’instant présent pour profiter des plaisirs simples de la vie.

Vous connaissez peut-être le livre « Eloge de la lenteur : Et si vous ralentissiez ? » de Carl Honoré, paru en 2004 ? L’auteur y montre les différentes formes prises par ce mouvement dans de nombreux pays, en réponse à la culture dominante de la rapidité. Ce livre a connu un succès incroyable qui a contribué à accélérer la diffusion de ce phénomène dans le monde entier.

Mais le mouvement Slow est bien plus vieux que ça : il a vu le jour en Italie en 1986 avec le concept de « Slow Food » (« nourriture lente »).
Cette façon de repenser l’alimentation prend le contrepied de la « junk food », la restauration rapide souvent synonyme de mauvaises habitudes alimentaires et de qualité nutritionnelle très faible.

La slow food propose que ce que l’on mange soit cultivé, cuisiné et dégusté avec le temps nécessaire pour le faire.
C’est un art de vivre qui permet de retrouver le plaisir de s’alimenter et de se reconnecter à son corps en prenant le temps de manger. Il propose également de choisir des aliments sains, naturels, souvent bios,  qui poussent à leur vitesse et ont donc des qualités nutritionnelles bien meilleures et un impact moins élevé pour la planète.

escargot consommant une fraise avec déliceVoici quelques suggestions dans la lignée de la « Slow food » pour profiter au mieux de vos repas :

  • Choisissez des aliments « vivants », c’est à dire qui ont conservés leurs qualités nutritionnelles car cultivés de la façon la plus naturelle possible (sans pesticides, OGM, conservateurs, colorants, etc.), idéalement bios, de saison et locaux.
  • Consacrez au moins 20 minutes à votre déjeuner.
  • Soignez l’ambiance : coupez toute source de distraction (téléphone, télé, ordinateur) pour être complètement présent à votre repas.
  • Faites vous plaisir en soignant le look de votre assiette : mettez en valeur vos plats avec créativité, même s’il s’agit de petits pois / carottes ! Cela vous donnera encore plus l’impression d’un moment spécial. Quelques idées en cliquant ici.
  • Reportez les discussions potentiellement houleuses avec votre famille à un autre moment pour ne pas vous nouer l’estomac !
  • Mangez en silence 🙂 Le calme vous permettra de vous concentrer sur votre nourriture.
  • Reposez votre fourchette ou votre cuillère entre chaque bouchée : cela vous aidera vraiment à manger plus lentement.

Et si vous l’essayiez aujourd’hui ?

Vous obtiendrez immédiatement de nombreux bénéfices :

  • vous serez plus reposé et vous sentirez plus présent à ce qui vous entoure,
  • vous aurez l’impression de redécouvrir l’odeur, la couleur ou encore le goût des aliments car cette expérience met en œuvre vos 5 sens,
  • vous vous amuserez et prendrez plus de plaisir,
  • vous aurez plus rapidement une sensation de satiété,
  • vous aurez une meilleure digestion et vous sentirez moins ballonné,
  • et, miracle, vous grossirez moins ! Des études scientifiques ont en effet prouvé que prêter attention à la nourriture et prendre le temps de la mastiquer et de la savourer entraine une meilleure assimilation de la nourriture ingérée et moins de prise de poids.

Autres pistes « Slow » pour appréhender votre journée plus tranquillement

Au-delà de la nourriture, de nombreux domaines se prêtent avec bonheur au jeu du ralentissement.

En voici quelques exemples :

  • Éteignez votre Smartphone ! Ok, alors là beaucoup plus facile à dire qu’à faire en ce qui me ctéléphone interditoncerne !!! Je sens pourtant que les ondes qu’il émet ainsi que la distraction constante qu’il procure ne sont pas bonnes pour moi mais la relation de dépendance est forte…
    Les chiffres sont pourtant sans appel :
    – on le consulte en moyenne toutes les 5 minutes même s’il n’a pas sonné,
    – les 16-24 ans pianotent dessus en moyenne 24h par semaine !!!
    C’est une vraie drogue ! Combien sommes nous connecté à notre téléphone mais déconnecté de nous-mêmes et de ceux qui nous entourent ?Pour Christophe André, médecin psychiatre, cette technologie est allée trop vite et nous ne sommes pas encore capables d’en tirer le meilleur en respectant nos capacités biologiques et psychologiques. Pour lui, on perd le contrôle de sa vie quand on l’interrompt sans cesse pour être devant son écran.
    Éteindre son Smartphone c’est aussi revenir au mono-tâche, ne pas faire 10 choses à la fois, ce qui permet d’être plus efficace, plus présent et moins stressé.
  • Chien fait la siesteFaites la sieste 🙂 Toutes les études scientifiques sont formelles : une sieste, idéalement de 20 minutes, améliore nos performances neurologiques et cognitives. En bref, la sieste nous permet de réagir plus vite, d’être plus attentif et d’avoir une meilleure mémoire. « Siester » permet également de diminue le niveau de stress, l’hypertension artérielle et la fréquence cardiaque.
  • fille qui s'ennuieAdoptez le « slow parenting » ou la création de « bulles de lenteur » pour vos enfants. Dites stop aux activités tous les soirs (flute, judo, danse, …) et bonjour au temps libre propice à un ennui bienfaiteur qui entraine créativité, autonomie, calme et approfondissement de la réflexion.
    Les parents actuels ont très peur du vide. Christophe André prévient que cette tendance à accélérer le rythme de ses enfants, à multiplier leurs activités entraine des troubles de l’équilibre émotionnel, de l’attention, une tendance à l’insatisfaction, de la difficulté à être heureux ou encore à parler avec les autres… Ouille, ça motive pour en faire moins, non ?!
  • Ereproduction coccinellest, le meilleur pour la fin : tentez le Slow Sex ! 6 professionnels exercent actuellement le métier de Coach en Slow Sex en France. Leur métier : lutter contre les injonctions actuelles à la jouissance immédiate, au plaisir instantané qui sont irréalistes et dévastatrices pour la vie sexuelle de bien des gens.
    Dans les ateliers qu’ils animent, ils n’apprennent pas à faire l’amour lentement tout le temps mais à le faire suffisamment lentement pour être capable de ressentir ce qu’il se passe dans notre corps à l’instant présent. Il s’agit d’augmenter l’attention qu’on porte aux sensations, aussi infimes soient-elles. D’après ces pros, la clé est d’être à l’écoute de son corps et dans le moment présent. Un beau programme !

 

En résumé : « Che va piano va sano »

Ce proverbe peut se traduire par « Qui va lentement va sûrement et sainement ».

Peut-être avez-vous, comme moi, besoin de réapprendre à faire les choses lentement, à votre rythme, pour tout simplement profiter de la vie et vous recentrer sur l’essentiel ?

Un post-it sur votre bureau ou sur l’écran de votre téléphone portable du genre « Coooool, respire ! » constitue une aide simple mais efficace afin de créer des instants de prise de conscience réguliers, tels des petites bulles d’air salvatrices, dans votre quotidien !

De mon côté, je m’oblige à lever la tête de mon écran régulièrement pour regarder la beauté de la nature et les petits oiseaux par la fenêtre et ça m’aide à me sentir bien et heureuse d’être là où je suis, avec vous ! 🙂


Et vous, quels sont vos trucs préférés pour ralentir ?

Partagez-les avec nous dans les commentaires sous cet article !

Et n’hésitez pas à consulter les autres articles de cet évènement inter-blogueurs en cliquant ici.

Je vous souhaite une belle journée tout en lenteur 🙂
A très vite,
Sarah

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

One thought on “5 bonnes raisons de ralentir et d’adopter le mouvement « Slow »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *